Téton ensanglanté

20h, c'est parfois l'heure de diner. Mais pas toujours et pas partout. En Tunisie, on mange parfois des énormes tagines, mais on remet de temps en temps ça à plus tard, pour une autre activité. Le Hammam.

Si on a tous vu un hammam dans notre vie, du côté du bain du marais ou autre établissement naturiste et/ou gay, le bain turc de là bas, c'est encore différent. A l'arrivée, un moustachu plutôt sympathique nous accueille et nous prévient des tarifs ridicules de l'endroit. Il nous pointe du doigt un mec plus jeune, un peu dégarni et muet. Notre masseur attitré.

J'ai habituellement une règle pour le massage : pas d'homme. Un peu comme le shampoing chez le coiffeur. Manque de pot, on a pas trop le choix ici, et c'est les filles le jour, les hommes la nuit. En avant donc pour Icham qui semble pret à nous masser du haut en bas avec une poigne d'acier.

Direction le brume déjà, et l'eau chaude pour les pieds pour se détendre. Puis viens l'appel. J'y vais, ne comprenant pas forcemment bien ce qu'il en est. Avant le massage, c'est "gommage". Ou plutôt ramonage vu le gant de crin utilisé, et la verve montrée à vouloir nous limer toute la peau. Si bien que le monsieur y va à fond et ne ménage pas mon téton, laissant un morceau de chair ensanglanté (je ne m'en suis aperçu qu'après).

Un peu traumatisant, mais pas autant que son regard pour le moins persistant, visant à nous montrer qu'il savait bouger les oreilles indépendamment du visage. Faculté que je partage avec ce masseur muet.

J'aime qu'on m'enduise d'huile.

1 commentaires:

  1. Julien a dit…

    "J'aime me beurrer la tartine!" Ah ce Hubert :-)

    Ambiance ambiance en tout cas dans ce hammam !